ATTAQUES REPETEES DES ADF A BENI : La société civile décrie la passivité de la MONUSCO

    87
    Beni

    Les attaques à répétition des rebelles Ougandais de l’ADF dans les quartiers périphériques de la ville de Beni au Nord Kivu ont remis à l’ordre du jour des préoccupation des populations locales, la question du rôle de la MONUSCO et des troupes onusiennes dans cette partie perturbée du pays. Selon des informations de la Radio Moto Butembo-Beni (RMBB), les forces vives du groupement de Batangi-Mbau dénoncent, carrément, ce qu’ils considèrent comme une passivité coupable de la MONUSCO face aux exactions rebelles dans le triangle dit de la mort en territoire de Beni. Lundi 10 septembre 2018, après une énième incursion ADF dans la localité, Sheik Jamal Moussa, le président de la société civile de Batangi-Mbau a révélé que la dernière attaque rebelle avait éclaté à quelques mètres de la base de la Monusco de Mavivi. « On s’interroge sur les limites du soutien des forces onusiennes en RD Congo », déplore, amère, cet activiste aussi désarmé et impuissant devant les crimes perpétrés que tous les siens. «En l’espace d’un mois, quatre attaques rebelles ont été perpétrées entre Ngadi et Mavivi », rappelle-t-il.
    L’attaque de la nuit du 9 septembre à Ngadi s’est opérée après celle du lundi 3 septembre, 6 jours plus tôt dans ce quartier de la commune de Rwenzori à Beni Ville. “Cette fois-là, les rebelles ADF sont venus du côté de la station SEP Congo à 19h10. Ils ont envahi Ngadi pendant plusieurs heures et commencé à piller les biens de la population, c’est après que les militaires sont arrivés pour repousser l’ennemi”, a rapporté un témoin cité par des confrères en ligne. Tandis qu’un autre témoin révélait que les assaillants s’étaient gardés de tirer sur les casques bleus Népalais en patrouille quelques heures plus tôt du côté de SEP Congo, avec lesquels ils se seraient même entretenus. C’est en apercevant une autre patrouille onusienne composée de casques bleus Tanzaniens que les ADF ont déclenché leur assaut en tirant dans tous les sens. Au moins 2 casques bleus avaient été blessés au cours de l’échange de tirs d’armes à feu qui s’en suivi, et deux engins blindés atteints par les tirs ennemis, selon Florence Marshall, la porte-parole onusienne qui a précisé que ce sont des militaires de la brigade d’intervention qui étaient blessés à Ngadi.
    Manifestement, les rebelles ADF savent à quels casques bleus s’en prendre dans la région meurtrie de Beni et ses environs.
    Affaire à suivre.
    J.N.

    Pas de commentaire