ASSOCIATION DE MALFAITEURS ? Pascal Mukuna et Edingwe en justice

88
Évêque Pascal Mukuna

L’évêque Pascal Mukuna, très connu pour ses activités religieuses à la tête de l’Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK) autant que pour son action au de Renaissance FC, un club de football très populaire à Kinshasa, le catcheur Edingwe alias « Moto na ngenge », ainsi que Jean Marie Tshimungu, cadre de Renaissance FC, sont poursuivis pour association de malfaiteurs, imputations dommageables et incitation à la haine sportive. Ces infractions punies et prévues par la loi rd congolaise connaissent instruction à la Cour d’Appel de Kinshasa Gombe. La partie citante (ou plaignante) a présenté les faits que reprennent la citation directe afin que le Juge en donne qualification. L’évêque a été entendu quant aux griefs retenus contre lui. La cour poursuivra l’instruction le vendredi 2 février prochain, et se prononcera sur la comparution des témoins dans ce feuilleton judiciaire.
Des sources judiciaires renseignent que le plaignant, Me Karl Claude Kwatangolo, se base sur un contenu sonore, repris par le site www.sangoyacongo.cd ainsi que d’autres réseaux sociaux, proférant des menaces verbales et des propos méprisants à son encontre. Pour cette partie au procès, cette propagande sur les réseaux sociaux est le fruit d’une collaboration entre les trois prévenus. La partie citante soutient en outre que le Président de Renaissance FC a remis une somme de 2000 USD au catcheur Edingwe pour s’activer sur le sort de l’équipe de manière à inciter les supporters, très nombreux du club orange, à s’en prendre à Me Karl Claude ainsi qu’aux siens.
Au cours de l’audience à la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, Pascal Mukuna n’avait pas reconnu la voix contenu dans l’élément sonore posté sur les réseaux sociaux comme étant la sienne. La partie citante a alors avancé qu’il s’agissait de la voix du troisième prévenu, Jean Marie Tshimungu, également pasteur et cadre au FC Renaissance. Pour elle, l’homme de Dieu refuse de reconnaitre la voix de son collaborateur alors que l’audio existe et est original. Les avocats de la partie citante ont suggéré un appel aux témoins dans cette affaire, mais la demande a été jugée inopportune par les avocats des prévenus. Le dernier mot revient donc à la Cour qui devra trancher sur cette question d’identification sonore.
Me Karl Claude, partie civile dans cette affaire, est lui aussi cadre du FC renaissance club, section Barumbu. Et l’affaire instruite à la cour d’appel draine un nombre important des supporters orange aux audiences.
Du TGI/ Kalamu à la Cour d’Appel Gombe
En guise de rappel, l’affaire Pascal Mukuna/Edingwe a débuté au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Kalamu. Les parties prévenues avaient argué de l’obscurité dans le libellé des poursuites. Selon elles, l’exploit (l’action du magistrat chargé des poursuites) était inintelligible dans la mesure où elle ne permettait pas de bien comprendre les faits pour lesquels leurs clients sont poursuivis devant la justice. Le juge avait alors joint l’exception ainsi soulevée au fond et décidé d’instruire la cause. Ce jugement avant dire droit avait fait objet d’un appel à la Cour qui statue actuellement sur les faits.
La partie Me Karl Claude avait soutenu que l’appel n’est qu’une manœuvre dilatoire, le juge du Tribunal avait bien dit le droit quant à ce. On attend de la Cour d’Appel Gombe qu’elle se prononce sur cet appel aussi dans son délibéré.
Dossier à suivre.
RBV

Pas de commentaire