ARMES LEGERES ET DE PETIT CALIBRE : Commerçants et détenteurs d’armes à feu dans le viseur du gouvernement

    27
    Armes légères

    Commencée le 16 juillet 2018, l’opération d’identification et d’enregistrement des détenteurs des permis de port d’armes à feu se poursuit au ministère de l’Intérieur, à Kinshasa. Nationaux et expatriés sont contraints de se soumettre à ce contrôle qui est effectué par la Commission nationale de contrôle des armes légères et de petit calibre et de réduction de la violence armée.
    Le gouvernement n’a pas encore indiqué si l’opération s’étendrait en provinces où des ONG ont déploré l’existence d’un marché noir des armes de petit calibre notamment dans le kasaï et les agglomérations de l’Est du pays, Beni, Butembo, Goma…Bunia. Selon les projections de la DGRAD, en 2018, le ministère de l’Intérieur et sécurité devrait gagner au moins 30,8 millions de FC pour la délivrance des permis des ports d’armes et 25 millions de FC au minimum pour le renouvellement de permis de port d’armes. La nouvelle loi sur le contrôle des armes légères et de petit calibre impose aux fabricants d’armes le marquage et une identification standardisée sur leurs produits afin de mieux suivre leur traçabilité. La loi tient également à ce que tout marchand d’armes à feu et des munitions dispose d’armureries dans son établissement ainsi que d’une chambre forte comportant des parois en béton armé ainsi que d’une porte comportant une serrure de sûreté avec secret ainsi que des alvéoles. La chambre forte doit présenter toute les garanties contre toute tentative de soustraire des armes et doit être agrée par le ministère de l’Intérieur sous la supervision de la Base logistique centrale nationale (camp Kokolo). La base dispose d’une structure spécialisée qui est notamment dotée d’une cisaille hydraulique avec un disque en diamant et d’une autre à moteur thermique. En vue de maîtriser la prolifération des armes légères et de petit calibre, la RDC a notamment ratifié le protocole de Nairobi ou encore l’initiative de Sao Tomé qui vise à bannir le courtage illicite des armes légères et de petit calibre et de poursuivre leurs auteurs.
    P.L.

    Pas de commentaire