313, AVENUE DE LA GOMBE : Christine Cassachris et Lunda Djamba devant la barre

22
Tribunal de paix de Kinshasa Gombe

La parcelle sise avenue de la Gombe numéro 311 fait l’objet d’un litige entre Christine Cassachris, liquidatrice de la succession Constantin Jacobines, et sieur Lunda Djamba. Les parties estent devant les cours et tribunaux pour régler ce conflit qui les oppose depuis 2006. L’affaire est instruite au Tribunal de paix de Kinshasa Gombe en vue d’un jugement dans les prochains jours.
La citante, Christine Cassachris, en sa qualité de liquidatrice de la succession Constantin Jacobines, accuse sieur Lunda Djamba d’avoir usé d’un jugement rétracté pour se faire réhabiliter dans la parcelle querellée alors qu’elle revient de droit à la succession.
Lunda Djamba a fait appel contre un nouveau jugement qui le déguerpit de la parcelle. Le juge d’appel n’ayant pas encore vidé sa saisine, le cité brandit le jugement annulé par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Gombe auprès des Institutions judiciaires pour obtenir gain de cause.
Dans cette cause, il est reproché à Lunda Djamba d’avoir juxtaposé les noms, notamment, dans l’assignation en appel et l’assignation au 1er degré au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Gombe.
Tantôt, il affirme être Lunda Djamba Mbeku Odimba alias Lunda Djamba, et tantôt, il initie une action sous le nom de Lunda Djamba Augustin.
Christine Cassachris s’est retrouvée en prison en vertu du jugement ainsi prononcé, qui du reste a été annulée mais que le cité brandit de manière frauduleuse. Bien qu’ayant pris connaissance de l’annulation du jugement qui le déguerpissait, sieur Lunda Djamba l’a utilisé devant les institutions judiciaires pour déguerpir Christine Cassachris et se faire installer dans la parcelle. Ce qui donne lieu aux infractions de faux et d’usage de faux, selon le conseil de Christine Cassachris.
Pour sa part, Lunda Djamba indique que le prénom d’Augustin fait partie de son identité, on ne peut pas parler de juxtaposition de noms, il s’agit de la même personne. Selon lui, il ne lui a jamais été signifié de jugement qui annule dont il se prévaut. Raison pour laquelle il l’a brandi et obtenu d’être réinstallé sur sa parcelle à Gombe.
Le cité ajoute que le fameux jugement qui annule le premier est frappé d’appel, donc on ne peut pas dire qu’il est coulé en force de chose jugée.
Reprenant la parole, le conseil de Christine Cassachris fait savoir que Lunda Djamba était au courant du jugement annulant le sien puisqu’il a fait appel avant de déguerpir Christine Cassachris. De ce fait, Lunda Djamba ne peut plus évoquer la thèse selon laquelle il n’était pas informé de l’annulation de son jugement.
Affaire à suivre.
RBV

Pas de commentaire